Rencontre avec Geoffrey BURNS – DRH Monde de Capgemini – Les techniques de l’entretien d’embauche

Poste rêvé trouvé, candidature envoyé et même appelé à un entretien….voilà le moment crucial ! Que dire, ne pas faire…une multitude d’interrogations rôde en tête… C’est bien connu : ce ne sont pas les meilleurs qui sont recrutés, mais plutôt ceux qui maitrisent les techniques d’entretien ! Qui dit maitrise, dit préparation car un entretien d’embauche ne s’improvise pas, bien au contraire il se prépare activement. Ce que vous dites lors d’un entretien d’embauche est aussi important et capital que la façon dont vous le dites. Vendredi 23 septembre 2011, Réseau Proactif a eu l’honneur d’accueillir Geoffrey BURNS, directeur de recrutement chez Capgemini, qui a partagé ses expériences et ses conseils sur l’entretien d’embauche.

Bien souvent les candidats considèrent les entretiens comme un mauvais moment à passer. Mais au contraire, Geoffrey BURNS dédramatise cette étape en la qualifiant d’expérience et non d’épreuve. Ce dernier a commencé son intervention en précisant que pendant sa carrière, il aimait passer des entretiens même s’il ne recherchait pas de nouveau emploi, afin de se tester et de rendre cette pratique facile : sans un enjeu majeur, l’exercice est beaucoup mieux vécu, précise-t-il.

Diplômé de l’université de Yale, Geoffrey BURNS a d’abord connu, pendant près de 10 ans, une carrière de chanteur qu’il mènera en partie à Paris. Puis il a commencé à travailler en tant que chargé de clientèle dans une petite entreprise. Débuté dans une petite structure lui a permis d’avoir beaucoup de responsabilités. Il a certes commis des erreurs mais son succès commercial fut apprécié et cet emploi a ainsi été en quelque sorte son MBA, précise-t-il. Geoffrey BURNS a ainsi pu évoluer dans ses fonctions. Mais la gestion des équipes commerciales ne l’intéressant pas et appréciant le contact ainsi que les échanges avec les personnes, il décida de se diriger vers les ressources humaines. Il entreprit alors une formation en recrutement. Dans un premier temps, il a été recruteur sénior, puis DRH monde et vice-président monde chez Adecco, avant de devenir directeur de recrutement chez Capgemini.

Tout entretien d’embauche débute par l’envoi d’un CV. Pour Geoffrey BURNS, le CV est un argumentaire de vente et  le produit à vendre, c’est vous. Le recruteur s’attarderait entre 30 secondes et une minute sur un CV. Il faut donc lui rendre la tâche facile et lui éviter de chercher les informations et les arguments qui pourraient justifier la sélection du CV. Par ailleurs, Geoffrey BURNS précise qu’il commence la lecture d’un CV par le bas et ne s’attarde pas sur les diplômes, partant du principe que si c’est un CV pour un poste de juriste, cela va de soi que les candidats seront diplômés en droit. Ce qu’il recherche principalement, c’est ce qui pourrait différencier un juriste d’un autre. La pratique d’un sport d’équipe manifesterait la capacité à travailler en groupe, celle de sport comme la voile ou l’escalade soulignerait une aptitude à se dépasser, certains voyages dans des pays de cultures très différentes supposeraient une ouverture d’esprit, etc. Pour Geoffrey BURNS, ces éléments qui sembleraient des détails, sont autant de raisons  pour rencontrer un candidat. Il précise que les meilleurs entretiens qu’il ait passés ou qu’il ait faits passer, sont ceux où la discussion portait davantage sur les centres d’intérêt que sur le poste à pourvoir. Le recruteur appréhende aussi ce moment, il faut le mettre à l’aise et quand tout se passe bien, l’entretien devient une conversation, souligne-t-il.

Puis Geoffrey BURNS a énuméré quelques règles d’or lors un entretien. Avant toute chose, il faut être à l’heure. Comme le CV qui est un condensé de votre vie en quelques pages, l’entretien d’embauche est un condensé de vous-même et de vos capacités, donc tout est intensifié et tout peut devenir exagérer : un retard de quelques minutes peut faire naître chez le recruteur le sentiment que vous risquez d’être toujours en retard au travail. Il faut évidemment être « bien habillé » ce qui signifie des couleurs sobres, des lignes droites, des bijoux discrets…En résumé, rien qui ne puisse distraire l’attention du recruteur. Geoffrey BURNS souligne aussi que l’attitude est très importante. Le recruteur prend une décision dès la première poignée de main, puis l’entretien confirmera ou infirmera cette décision. Quant à la question sur le salaire, pour Geoffrey Burns, il faut en parler dès le début de l’entretien : si les prétentions du candidat et celui du recruteur ne sont vraiment pas les mêmes, cela semble inutile de poursuivre.

Geoffrey BURNS a terminé avec ces quelques recommandations primordiales qui, selon lui, ne sont pas difficiles à concevoir mais difficiles à appliquer : il faut arrêter de subir, il faut être acteur des choses, oser et surtout démontrer votre motivation. Les participants ont pu longuement partager leurs expériences et leurs interrogations avec Geoffrey BURNS qui a su mettre à l’aise toute la salle dès les premières minutes. Son expérience, ses conseils, sa simplicité et son humour ont rendu son intervention et la conversation très formatrices, faciles mais avant tout très agréables.

Bookmark and Share