Séminaire “La gestion du stress au travail” (Saduman KADI)

 

Chacun est confronté au stress dans le cadre du travail.

C’est pourquoi, le Réseau ProActif a souhaité consacrer un séminaire sur « la gestion du stress au travail », le jeudi 17 Juin 2010. Animée par la psychologue Saduman KADI, cette conférence avait notamment pour objectif la compréhension de l’état de stress.

Défini comme un déséquilibre,  le stress est une tension que l’individu va tendre à satisfaire. Selon Saduman KADI, c’est une violence fondamentale nécessaire qui est le moteur du fonctionnement humain mais elle peut aussi atteindre un stade où l’individu n’arrivera plus à réaliser ses objectifs. De plus, elle a expliqué que chaque personne a une capacité à gérer la violence et l’environnement, et cette capacité émane de la construction individuelle de chacun. D’autre part, en développant le mécanisme de construction de l’individu, Saduman KADI a abordé les notions de capacités d’attachement et de capacités à rebondir.

Par ailleurs, elle  a précisé que la gestion du stress consiste à trouver un équilibre. En effet, le doute va mettre l’individu dans un déséquilibre qui peut conduire à une rupture de sens. Cette crise peut aboutir à trois comportements : l’inhibition (dans ce cas la compétence est atteinte), la fuite (la maladie, la dépression) ou l’attaque (se retourner contre les individus qui sont dans l’attaque). La limite est atteinte dans le cas des « Burn Out » qui peut mener au suicide. La société postmoderne et l’individualisme sont des facteurs qui ont accentué cette crise. Une violence s’est développée avec le fait que la société demande toujours et encore plus. En effet, Saduman KADI a souligné que la notion de réussite est une notion sociale qui se transmet de génération en génération et elle a rappelé que « la réussite est un organisateur psychique » (Max Pagès). Mais le groupe peut contenir les individus et apporter une enveloppe psychique.

Puis Saduman KADI a expliqué que les zones d’incertitudes et la gestion du pouvoir (développés par Crozier) sont des moyens pour modérer le stress. Plus un individu se développe en terme d’ambigüité (le fait que l’autre ne puisse anticiper), plus il détient du pouvoir. Ainsi, un individu avec des compétences rares a un pouvoir sur cette zone d’incertitude et généralement celui qui harcèle serait celui qui est le plus faible car il rechercherait du pouvoir. Elle a conclu son intervention en soulignant notamment que le stress provient d’un manque  et plus l’individu doute sur sa capacité à satisfaire ce manque, plus il sera stressé. La notion du stress au travail est un vaste sujet qu’il est difficile d’appréhender en un séminaire, par conséquent Réseau ProActif envisage d’organiser dans l’avenir une autre rencontre sur cette thématique.

Bookmark and Share